Laurent Corvaisier

Né au Havre en 1964, il est diplômé de l'E.N.S.A.D. Après avoir enseigné pendant vingt ans aux Arts décoratifs, il partage désormais son temps entre sa création personnelle, la peinture et l’illustration. Il publie ses premières illustrations pour la jeunesse en 1990. Depuis il a publié plus de 70 titres chez de nombreux éditeurs (Rue du monde, Didier jeunesse, Grasset, Actes Sud, Sarbacane, Gallimard, Albin Michel...). Il a illustré les textes des plus grands poètes, («Pff !ça sert à quoi la poésie ?» Rue du monde, 2018), de Didier Levy (« Merci », Sarbacane, 2018), d’Alain Serres (« Ce tigre a avalé mon carnet de dessin » Rue du monde, 2016) ou de Raphaële Frier (« Bienvenue » A pas de loups, 2018) parmi tant d’autres. En avril 2021 est paru « L'appel du large » (texte de Cathy Ytak, A pas de loups)

Ouvrir les albums illustrés par Laurent Corvaisier, c’est se promener dans des paysages peints pendant ses voyages, rencontrer des visages croqués ici ou là, se plonger dans des histoires sensibles et poétiques, le tout dans un univers chaleureux et foisonnant. Une véritable fête des couleurs !

Quelques titres pour découvrir son univers

Meknès (A pas de loups, 2017)

Une longue promenade graphique dans ce leporello inspiré par un voyage à Meknès.

Anacoluthe ! texte de René Zahnd (Actes sud-papier, 2019)

Une pièce sur la langue, ses bizarreries et ses créations burlesques. Les illustrations ont autant de fantaisie et d’humour que le texte.

Bienvenue texte de Raphaële Frier (A pas de loups, 2018)

La rencontre entre une grande maison abandonnée par ses habitants à cause du bruit de l’autoroute et Lazlo qui n’a nulle part où aller avec sa famille.

Ceci est mon carnet de dessin / Ce tigre a avalé mon carnet de dessin texte d’Alain Serres (Rue du monde, 2016)

Publiés au même moment, deux albums complémentaires : le carnet de dessin de l'artiste et une fiction imaginée sur la perte de ce précieux carnet.

Merci Texte de Didier Lévy (Sarbacane, 2018)

Une petite fille écrit à celui qui lui a donné son cœur, le remerciant de lui permettre de rire, courir, vivre… Un texte grave et sobre et des illustrations luxuriantes, colorées pleines de vie et de mouvement.

Les carnets de dessin de Laurent Corvaisier

Mes carnets se remplissent en permanence d’aquarelles et de dessins à l’encre de chine noire. J’aime utiliser l’ensemble des deux pages, remplir l’espace de la feuille. Ils sont essentiels dans ma démarche créative, c’est un espace de liberté et d’intimité à l’intérieur duquel j’expérimente, je mélange les techniques.
Je tiens de tels carnets depuis l’âge de dix-huit ans. Je me souviens du premier réalisé lors de vacances avec mes parents dans le Finistère Nord. Lorsque je suis entré aux arts décoratifs, par la suite, certains enseignants m’ont encouragés à poursuivre cette recherche graphique. ….
Ces « notes » esquissées ou écrites sont chronologiques. Les carnets rythment ma vie, ils sont ma mémoire vive et graphique. Et puis j’ai découvert avec eux que le dessin était un langage universel. Dessiner dans la rue, dans un jardin, dans un café, est un beau moyen de rencontres, provoque très souvent des échanges inattendus et riches …
Mes carnets sont aussi souvent le point de départ de mes recherches plastiques. Vous en retrouverez des éléments dans mes albums illustrés ou mes grandes peintures. Ce peut être un visage iranien, une maison ombragée ou un chemin bordé de cyprès. Je puise dedans pour traduire l’expression d’un regard, d’une lumière, où la composition d’un espace. Je développe un alphabet graphique qui m’est propre,et j’y reviens constamment. Il m’aide par exemple à traduire la nature qui est un véritable piège pour un peintre, car elle est inimitable. Les éléments extérieurs – le vent, un ciel changeant, l’ombre et la lumière, le mouvement des vagues – sont autant de défis pour moi. Je dois donc trouver de nouvelles pistes pour exprimer des atmosphères, des climats avec mon propre regard et ma propre expression. …

Extrait  de “Je tiens de tels carnets depuis l’âge de dix-huit ans” (Citrouille, 2011. Le blog des librairies sorcières, 2016)
Pour lire l’article entièrement : http://librairies-sorcieres.blogspot.com/2016/11/je-tiens-de-tels-carnets-depuis-l-de.html

Nous contacter