Sandra Le Guen

Née en 1977 à Rennes, elle devient journaliste après des études de Lettres Modernes mention blé noir et beurre salé, puis chroniqueuse de littérature de jeunesse (elle a tenu six ans son blog Maman Baobab). Elle travaille actuellement à Rennes comme Chargée de mission petite enfance dans une institution et publie en parallèle albums et romans jeunesse depuis 2016. Avec plus d'une vingtaine de livres à son actif, elle joue sur la corde du sensible, de l'humour et des émotions chez différents éditeurs dont Frimousse « Les bonbons tombés dans la neige » ill Jean-Baptiste Druot, 2020), Casterman (collection « Les Petites étapes de ma grande vie » ill. Audrey Calleja, 2020), Sarbacane (« Petite pousse » ill. Popy Matigot, 2019), Orso Editions ("Refuge" ill. Stéphane Nicolet, 2019) ou Little urban (« Taxi-Baleine » ill. Maurèen Poignonec, 2019).

Pas de fête sans confettis ni bonbons ! D’ailleurs que deviennent les confettis lancés sur les mariés, sur la parade du carnaval ?   (« Confettis, confettis » ill. Marjorie Béal Le Grand jardin, 2018)

Quelques titres pour découvrir son univers
le guen 1

Petite pousse ill.Popy Matigot (Sarbacane, 2019)

Une mystérieuse petite graine raconte son histoire tandis qu'elle pousse dans le ventre de sa maman..

Mon chien est une princesse ill. Stéphane Nicolet (Casterman, 2020)

Quand Albert annonce à ses copains que son énorme chienne toute plissée et baveuse est une princesse et concourt pour un titre de reine, ils ont bien du mal à le croire.

Paulette et le pot ill. Audrey Calleja (Casterman, 2020)

Paulette a encore des couches. Mais plus pour longtemps

le guen 4

Une éclaircie ill.de Marjorie Béal (Frimousse, 2020)

L'enfant pleure devant ses bonbons tombés sur la route. Les voitures vont les écraser, la pluie les noyer. Mais voici sa sœur sous un parapluie ..

Taxi Baleine ill. Maurèen Poignonec (Little urban, 2019)

Une taxi-baleine à lunettes rouges fait faire la traversée aux enfants. ils vont tous voir papa devenu un rafiot cachalot ! Une jolie métaphore sur la maternité et la famille.

Interview de Sandra Le Guen

Tu as toujours écrit, avant d’avoir ton blog tu étais journaliste, mais depuis peu tu as donc cette casquette d’autrice jeunesse. Déjà j’aimerais savoir comment c’est venu et ensuite si justement tu vois ça comme une continuité dans ton écriture ou une chose totalement nouvelle.
Écrire des histoires pour les enfants n’est pas du tout venu spontanément. Quand je tenais mon blog autour de la littérature jeunesse, j’écrivais régulièrement de longues introductions à mes chroniques de livres. Elles mettaient en scène ma vie parentale, familiale, mon quotidien et m’ont donné goût à l’autofiction. Je savais que j’avais envie d’en faire quelque chose – quelque chose en l’occurrence c’était un roman – mais pas pour les enfants évidemment. Ces textes ont touché quelques-uns de mes lecteurs et parmi ces lecteurs, il y avait des illustrateurs, dont Marjorie Béal et Stéphane Nicolet. Ce sont eux qui m’ont invitée à leur écrire des textes pour les enfants,  l’aventure éditoriale a ainsi commencé. Pas tout à fait avec eux dans un premier temps, mais nous cosignons plusieurs livres à venir, dont deux de mes prochains albums à paraître en 2019.

Entre le journalisme et l’écriture de fiction pour les enfants, c’est le grand écart. Mais dans ce grand écart, il y a eu les textes personnels que j’écrivais sur le blog Maman Baobab et qui m’ont conduite à l’écriture d’histoires. Alors avec quelques demi-tours, pas de côté, pointillés et encore quelques textes très sérieusement informatifs à mon actif, ah ben oui ! Il y a une continuité. Heureusement que tu m’as posé la question, je ne l’aurais pas vue sinon !

Où trouves-tu ton inspiration, qu’est-ce qui t’inspire ?
Ça, c’est une question à laquelle je ne suis pas sûre de pouvoir bien répondre. Il y a des sujets forts dont j’ai besoin de parler parce qu’ils me bouleversent – le deuil, la situation des réfugiés, les inégalités, par exemple. Je peux me saisir d’anecdotes, de remarques ou de questions de mes enfants tout comme des sujets d’actu qui me crispent et font émerger ( j’ai failli écrire déborder ) un texte, mais aussi très simplement des sensations, des petits bouts d’enfance…
Je suis très contemplative. Je regarde l’océan, les fruits se transformer en confiture, je fais du jardinage, je regarde les bestioles, et pendant ce temps mon cerveau se promène tout seul… j’ai aussi vécu de grandes douleurs, de grands moments de solitude, des nuits sans sommeil, ces états sont propices à l’émergence. .
Assez simplement, il y a des situations. Je regarde aussi à travers mon appareil photo et ce pas de côté face à la réalité m’offre cet espace de création ou d’inspiration.
Un texte peut aussi naître avec la rencontre d’un illustrateur ou d’une illustratrice qui m’invite dans son univers en me proposant un personnage, des images. J’adore ce type de collaboration même si elles ne sont pas toujours évidentes.

Extrait. de ” L’interview du mercredi “ 20/11/2018  par La mare aux mots.

 Pour lire l’interview intégralement : https://lamareauxmots.com/les-invitees-du-mercredi-sandra-le-guen-et-christine-roussey/

Nous contacter